L’affrontement politique qui se déroule sur internet atteint aujourd’hui un niveau de négativité historique. Attaques et contre-attaques, qui se déroulent en temps réel, sont vues par des milliers de personnes. Ce qui devait être un progrès démocratique est devenu une politique de caniveau avec la multiplication des fake news, des rumeurs et des coups bas, une stratégie mise en œuvre par des voyous qui cherchent à exacerber les passions, afin de répondre à la soif de pouvoir des maîtres qu’ils servent.

En Côte d’Ivoire , et au cours de cette année 2020, le contexte électoral de la présidentielle devait permettre à l’opposition d’apparaître comme une alternative crédible, une force de propositions. 

Pourtant à la place de la cela , la politique bascule dans la voyoucratie comme le montrent les analyses de Chris Yapi, un avatar numérique, et les tweets de Franklin Nyamsipofesseur agrégé en fripouillerie. 

La politique en sort salie. Ce serait pathétique, dérisoire, si la démocratie n’était pas menacée par la soif de pouvoir et de pouvoir de certains, attisée par des conseillers de type Nyamsi, qui n’hésitent pas à bafouer les règles implicites du débat démocratique.

Il me faut répondre à cette politique de caniveau qui prospère sur internet et qui empêche l’opposition d’être un véritable contre-pouvoir démocratique.

Chris Yapi avait « oublié » de citer Hamed Bakayoko parmi les malades de Covid 19 en Côte d’IvoireNyamsi, l’âme noire d’un candidat à la présidentielle, vient réparer cet oubli en alimentant la politique de caniveau. Sa stratégie : se faire passer Hamed Bakayoko pour un « malade imaginaire » afin de passer pour un « héros qui a vaincu le Covid 19 ». 
 
Le tweet de Nyamsi, déjà mensonger lorsqu’il fait passer le test subi par Hambak pour un « fake », bascule définitivement dans la pire des politiques de caniveau, lorsqu’il ajoute : « le héros qui a vaincu le Covid 19 grâce à la cocaïne ». 
 
On mesure le degré d’ignominie dont est capable un personnage vulgaire comme Nyamsi
 
Je pense à Napoléon qui avait dit à Talleyrand : « Monsieur, vous n’êtes que de la merde dans un bas de soie. » 
 
Nyamsi est de la merde dans un habit de philosophe. En cette période qui suppose l’unité nationale, ce qui ne veut pas dire la fin des divergences (la démocratie ne doit pas entretenir l’illusion du consensus), Chris Yapi et Nyamsi sont les médiocres soldats d’une guerre politicienne de caniveau, allumant des incendies qu’ils entretiennent sur les réseaux sociaux.
 

Choisir entre, d’un côté, Hamed Bakayo, de l’autre, Chris Yapi et Nyamsi

Des candidats à l’élection présidentielle entretiennent la perversité des snipers comme Nyamsi, car ils n’ont pas d’arguments à opposer à des figures charismatiques comme Hambak, Amadou Gon.

Entre Chris YapiNyamsi et ce qu’ils incarnentd’une part, et d’autre part, Hamed Bakayoko et ce qu’il incarne pour Abobo, pour les populations de Seguela, pour la Côte d’Ivoire, entre le parcours, fait de mensonges et de traîtrises d’un Nyamsi (les témoignages sont nombreux) et celui d’Hamed Bakayoko, ministre d’État constamment présent sur le terrain, quel est celui que les gens vont suivre ? 

Le choix est vite fait. Nyamsi fait partie de ceux qui ont transformé les réseaux sociaux en une vaste poubelle, afin de servir les sombres desseins de ceux qui les paient. Savent-ils, ces candidats qui utilisent les Nyamsi, afin de perpétrer des coups d’État numériques permanents, qu’ils se discréditent aux yeux des populations ? 

Dis-moi quels sont tes conseillers, je te dirai qui tu es. On a bien sûr les conseillers qu’on mérite. Soro est-il crédible à travers Nyamsi qui sévit sur les réseaux sociaux ?

Je ne suis pas étonné du tweet de Nyamsi sur HambakNyamsi, avant Chris Yapi, n’a-t-il pas écrit pis que ça durant l’affaire Arafat, et lorsqu’il accusait Stéphane Konan et Hamed Bakayoko, dans la période d’exil et des déboires de Guillemette Soro ?  

Les vidéos d’archives sont disponibles sur Facebook et sur YouTube est disponible, gratuitement ! Vous pouvez la consulter. 

La violence de la colère de Nyamsi est à la hauteur des mensonges du faux prophète, menteur Chris Yapi, qui n’avait pas prévu la révolte de Yopougon, soit dit en passant . 

Nyamsi et Yapi poursuivent le discrédit total qui frappe Guillaume Soro. Mais Soro a-t-il besoin d’eux pour être discrédité ?

Nyamsi voudrait être un coupeur de tête, sa guillotine est le réseau social, sa lame, le mensonge, la calomnie. Il accuse Hamed Bakayoko de mentir sur son état de santé en parlant de « malade imaginaire. Même le plus petit brouteur politique ne peut croire à un tel scénario ! Mais, Nyamsi et Chris Yapi osent tout, parce qu’ils sont …. Et c’est bien à cela qu’on les reconnaît.

 

Lorsque le Covid 19 sera vaincu, la vraie politique reprendra ses droits dans un cadre démocratique. 

L’Histoire se chargera de balayer les esprits les plus médiocres, mais, nous devrons nettoyer les Ecuries d’Augias de l’armée des conseillers maléfiques, tapis dans l’ombre des ruelles de la politique de caniveau. La démocratie et la République nous le demandent. 

Dieu est grand et reconnaît les siens !!!

Meilleure santé à tous les malades de Covid -9 du monde , vous qui avez subi le mépris de Nyamsi et de Chris Yapi, qui ont osé écrire , que de votre maladie, un homme politique ivoirien de premier plan , a pu s’en prévaloir à des desseins politiques, alors qu’il n’est même pas malade ! Oh que c’est odieux de vous mépriser ainsi ! Quelle calamité ! Oui ! Dieu reconnaîtra les siens, le moment venu !

Justice Konan

mjdhlp@hotmail.fr

Write A Comment