La rupture attendue et même imminente entre l’Udpci et le Rhdp à la faveur du prochain réaménagement technique du gouvernement en vue de pourvoir les postes de ministres des affaires étrangères et de la culture et de la francophonie, vient d’être retardée par le communiqué du parti de Albert Toikeuse Mabri, rendu public le samedi 2 mai 2020. 

Ce communiqué fait suite à une réunion , une réunion qui elle-même fait suite à des échanges entre le Président du Rhdp, Alassane Ouattara , et le Président du Directoire du Rhdp, Amadou Gon Coulibaly. Cela a permis à chacun de souffler encore le chaud et le froid, au grand dam des partisans de la rupture, de plus en plus nombreux aussi bien au Rhdp, qu’à l’Udpci, que Mabri devra convaincre vers la fin, à s’engager dans la campagne pour la victoire du candidat du Rhdp.
Ainsi, tout en dénonçant et déplorant « les agissements de certains cadres du RHDP qui fragilisent la cohésion interne », le parti créé par Robert Gueï est plus ou rentré dans les rangs avec les points ci dessous  :
–    Réaffirme l’appartenance de l’UDPCI au RHDP ;
–    Prend acte des résolutions du Conseil Politique du RHDP du 12 mars 2020 désignant Monsieur Amadou Gon Coulibaly comme candidat du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2020 ;
–    Décide de conduire dans les meilleurs délais, une large consultation des militants  de l’UDPCI en vue d’une meilleure appréciation de la décisiondu Conseil Politique du RHDP du 12 mars 2020.
Malgré cette reculade que la  dénonciation « des agissements de certains cadres » non clairement ni courageusement cités ( Amédé Kouakou, Albert Flindé , Ourega Bernard, Ndlr ), ne permet pas de faire oublier que l’esprit n’est pas du tout à l’accalmie au sein du Rhdp.
Des cadres estiment qu’il n’y a pas lieu de continuer à tergiverser avec le Président de l’Udpci, alors que la confiance n’est plus de mise, et que de nombreux militants de base sont devenus totalement Rhdp. Ils estiment que  ce sont quelques cadres du parti, qui sont dans les calculs pour leurs intérêts personnels.  Ils craignent un mauvais signal avec des faveurs à Mabri et à l’Updci pouvant affecter la cohésion et la dynamique d’ensemble vers la victoire à l’élection présidentielle.
Cette situation ne peut-elle pas mettre en difficulté le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, principal artisan du refus de la rupture immédiate avec l’Udpci contre l’avis de tous les cadres de la direction.
Presque seul contre tous dans cette posture, Amadou Gon Coulibaly, candidat du Rhdp à l’élection présidentielle, espère toujours que le dialogue et une entente sont possibles avec l’Udpci et Mabri Toikeuse.
Pendant combien de temps, Mabri Toikeuse aidera le chef du gouvernement à avoir raison des ultras, qui ne veulent pas revenir sur les décisions récentes  relatives à la suspension de trois cadres issus du Rhdp, membres de la direction exécutive du parti, selon une note ci-dessous signée par  le Professeur Justin Koffi, Directeur Exécutif Adjoint : « ( Le Directeur Exécutif informe des décisions suivantes:
1- Les Charges de DEA en charge des Arts et Culture précédemment assurées par Mr Famoussa COULIBALY sont transférées au DEA Civisme et Citoyenneté
2- Les Charges de DEA Associations et Mouvements  précédemment assurées par Mme Evelyne KPON sont transférées au DEA Collectivités
3- Les Charges de DEA Sports et Loisirs précédemment assurées par Mr Blé GUIRAO sont transférées à Mr KONE MAHAMADOU
Fait à Abidjan, le vendredi 1er Mai 2020) ».
De son côté, Ble Guirao sans doute informé de la bonne tonalité des échanges entre Alassane Ouattara, Amadou Gon Coulibaly et Mabri Toikeuse, avait écrit avant même la réunion de l’Udpci, et le communiqué du jour, ceci :
« CONSTATS DE LUTTE
Dans mon long parcours de lutte syndicale d’abord et ensuite politique de 1990 à ce jour, en 30 ans de présence sur le terrain de la lutte, le constat a été fait, dru et implacable.
Tous ceux qui ont fait montre de trop de zèle dans l’application des tâches ou des mots d’ordres, allant parfois et souvent à outrepasser leurs domaines de compétences et leurs limites ont toujours fini par trahir la lutte commune.
Ils se sont montrés au grand jour comme de véritables traitres (sic). Les exemples en la matière sont nombreux et foisonnent.
Ouvrons donc les yeux sur tous ceux qui font trop de zèle actuellement. L’histoire se répétant toujours.
Le DOUGLOUDOU NATIONAL
GÉNÉRAL 5 ÉTOILES  ».
Justice Konan

Write A Comment