Gnamien Konan demande au Président Bédié d’être même au dessus du Pdci ?  « Houphouët ne lui a pas confié que le PDCI. Il lui a confié la Côte d’Ivoire. Sa place n’est plus dans un parti. Sa place n’est plus dans un regroupement. de partis, même unifié. Il doit se mettre là-haut, au dessus des clans, à équidistance de tout le monde, pour réconcilier les Ivoiriens. C’est ça l’héritage que Félix Houphouët-Boigny lui a confié. Voilà la raison de mon voyage », a écrit Gnamien Konan Président de
L@ Nouvelle Côte d’Ivoire.

Difficile pour un ex chef de l’État, et toujours président du Pdci, sauf à redevenir président de la République, de réussir un tel pari, après avoir échoué dans son rôle de sage auprès du Président Ouattara, sans avoir par exemple réussi à lui faire mener une politique de réconciliation plus forte et moins vindicative ! Sinon comment le Président Bédié du Pdci, peut-il faire pour que cette parole de Gnamien Konan ne soit utopie et « blaguer  tuer  du genre « aide moi, à devenir le prochain président, car j’ai une solution contre la corruption, et aussi parce que je suis le meilleur ».
La vérité est que tout ceci n’intéresse pas le Président Bédié. Ce qui l’intéresse désormais et depuis l’appel de Daoukro en 2014, par lequel il a sacrifié des enfants du Pdci ( Kablan, Essy, Kkb, Banny ), dont l’action fut plus forte que celle  des Adjoumani, c’est un candidat Pdci président en 2020, à défaut de lui-même, près à faire don de sa personne pour arrêter la naufrage avec Ouattara. Tout le reste c’est du verbiage et du bavardage.
Tant que le Rdr et le Président Ouattara pouvaient garantir à Bédié l’alternance, des enfants de Côte d’Ivoire pouvaient périr en exil ( Bouabre, Ben Soumahoro, Paul Dokoui et bien d’autres ), Gbagbo et Ble pouvaient rester tout le temps à la CPI, et même sous nos yeux Simone et Samba David et autres pouvaient moisir en prison. Quels sont les conseils publics ou même privés au Président Ouattara sur la question? Même Gnamien Konan on ne l’a pas vu une seule fois sur tout cela, alors qu’il était dans la coalition, et n’avait pas été victime de la colère de Ouattara en Décembre 2016. Il faut des principes, et non des opportunismes. Si la rupture Bédié – Ouattara se faisait sur des questions de principe, et non sur la question de l’alternance et de la fusion, Bédié et le Pdci auraient été plus crédibles. Mais tel n’est pas le cas !
À Jérusalem on avait de vrais croyants, et des hommes de principe et non des opportunistes. À Jérusalem on avait des hommes purs. De vrai élus de Dieu. Daoukro n’est pas Jerusalem. Le blasphème est punissable par Dieu.
Pour ceux qui voudraient se replonger dans l’histoire et refuser que des extraits de la Bible  , soient utilisés n’importe comment pour illustrer cette situation que nous vivons, et que bientôt, Bédié soit lui même comparé à la réincarnation de Jesus Christ, je donne à lire ceci sur Jérusalem :
« Chapitre 4. La nouvelle Jérusalem. Partie 2.
La ville sainte – Revenons maintenant à Apocalypse 21:2 pour découvrir un autre aspect important du royaume céleste. L’apôtre Jean écrit: « Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. »
Préparée comme une épouse
Alors que Jean observait la scène, une ville d’une gloire magnifique descendait tout entière des cieux et devenait partie intégrante de la nouvelle terre. Le ciel et le terre étaient maintenant devenus un. Le royaume céleste a déplacé sa ville principale tout entière sur la terre. Examinons avec attention les expressions clés utilisées dans ce passage:
« Préparée » semble suggérer que la Nouvelle Jérusalem était déjà prête avant la création du nouveau ciel et de la nouvelle terre. Jean ne dit pas qu’il avait vu la création de la ville. Par contre, il a vu une ville entière, complète, terminée. En d’autres termes, elle a dû être amenée sur la nouvelle terre d’un lieu où elle se trouvait auparavant. Quel est ce lieu?
« Descendre du ciel, d’auprès de Dieu » indique que la ville – déjà complète et aménagée – descendait sur la nouvelle terre du royaume céleste, sans aucun doute venant du lieu que Paul a appelé le « troisième ciel ». Remarquez là encore que ceci se produisit l’instant suivant celui où le nouveau ciel et la nouvelle terre furent créés. Jean voit la Nouvelle Jérusalem, la capitale du royaume éternel, descendre sous ses yeux du royaume de Dieu où elle était déjà « préparée ». Qui l’a « préparée »? De toute évidence, cette cité céleste magnifique est précisément le lieu dont parlait le Seigneur lorsqu’il dit à ses disciples qu’il s’en allait pour leur « préparer une place » (Jn 14:3). Maintenant, alors que le nouveau ciel et la nouvelle terre sont enfin dévoilés, la ville est finalement prête.
« Comme une épouse qui s’est parée pour son époux ». Ce passage nous parle de la gloire de cette ville merveilleuse. Pensez un instant, lorsque le Seigneur a créé l’univers matériel au commencement du temps, il le fit en sept jours. Mais le ciel est l’objet de son travail depuis près de deux millénaires. Quelle merveille ce doit être ! La gloire majestueuse de cette cité dépasse le pouvoir des mots. ».

https://www.bible-ouverte.ch/messages/livresretranscrits/93-livres-retranscrits-la-gloire-du-ciel/548-ciel-4-partie-2.html )

Non Daoukro n’est pas Jérusalem, ni l’ancienne, ni la nouvelle.
À bon entendeur
Justice Konan, politologue 

Write A Comment