Lorsque j’ai écouté le commandant Fofana, qui appelle directement à l’insurrection militaire pour s’emparer du pouvoir, j’ai compris que l’heure est grave et que le ver est dans le fruit. 

Manifestement, ce sont des amis et camardes de ce commandant, dont on comprend qu’ils sont dans le dispositif de gouvernance de la vie  en Côte d’Ivoire ( police, armée, administration, gendarmerie, institutions) , qui donnent des  informations à Guillaume Soro-Chris Yapi.

Dans ses écrits, Chris Yapi n’appelle pas directement à l’insurrection militaire, au coup d’État, mais Guillaume Soro prépare l’opinion publique à une telle hypothèse qu’il présente comme nécessaire, ( et qui est nécessaire pour lui ) car chacun sait que, pour de multiples raisons, Guillaume Soro Chris Yapi ne peut jamais accéder au pouvoir par les urnes.

La commandant Fofana prend le relais. Il prétend parler au nom des casernes et des militaires de Côte d’Ivoire ! Voici ce qu’il dit à l’adresse du Président de la République : « L’armée vous regarde ! Dites quelque chose ! Les parents pensent que les familles des victimes doivent porter plainte pour que la vérité éclate ! » Il ajoute : « Je répète : les propos que je tiens n’ont rien à voir avec des propos politiques ».

Radié des effectifs de l’armée ivoirienne, Fofana s’est mis au service des ambitions d’un individu pour assouvir ses propres ambitions. Ceux qui se ressemblent s’assemblent ! Ceux qui s’assemble se ressemblent ! Il y a chez Guillaume Soro Chris Yapi et chez Fofana le même goût pour la rébellion militaire ! Des écoutes téléphoniques et des rapports très accablants sur les manigances qu’ils orchestrent contre les instituons de la République existent et sont documentés.

C’est cet ex-militaire séditieux qui interpelle le président de la République et cherche à préparer psychologiquement l’opinion publique nationale et internationale à une opération militaire, à un coup d’Etat !

Est-ce un hasard ? 

Il demande au ministre de la Défense de se défendre contre les accusations portées contre lui par deux journalistes Cette stratégie, qui met au défi le ministre d’état de prouver qu’il est innocenta été mise en œuvre par les adversaires politiques du RHDP. Comme ces adversaires ne représentent pas une alternative crédible, ils refusent de s’inscrire dans le champ du débat démocratique. Ils n’ont pas d’idées, mais ils ont Chris Yapi, Fofana et Nyamsi, véritable expert en filouteries et trahisons.

Le discours de Fofana est séditieux. Il doit conduire les Ivoiriennes et les Ivoiriens à prendre conscience du danger que représentent ceux qui n’ont jamais renoncé aux armes.

Le message de l’ex-militaire Fofana, véritable appel à l’insurrection militaire, s’inscrit dans un plan concerté dont l’objectif est la déstabilisation de la République et la remise en cause de la démocratie.

Commandant Fofana verse des larmes de crocodiles !

Depuis plusieurs mois, des journaux et sites avaient clairement évoqué une collusion possible entre Chris Yapi Guillaume Soro et les djihadistesOn sait que Guillaume Soro-ChriYapi est prêt à tout pour s’emparer du pouvoir !

Soro Chris Yapi ne vient-il pas de reprocher à Monsieur Bédié d’aller aux élections sans l’avoir consulté, ni consulté Gbagbo, en rêvant à tort de battre le Rhdp  ? À l’évidence, Guillaume Soro-ChriYapi et Commandant Fofana tiennent un discours qui vise à justifier un coup d’EtatFofana est l’une des ultimes pièces qui préparent le passage à l’action.

Le prétexte avancé par Fofana est celui d’un hommage insuffisant aux victimes de l’attaque djihadiste de Kafola. Pourtant tout le monde sait que depuis son élection, le Président Ouattara a tant fait pour que l’Armée ivoirienne retrouve l’image et le prestige d’une armée qui protège les Ivoiriens. Avec la tragédie de Kagolo, la nation est en deuil. Mais, la crise sanitaire liée à la maladie à Coronavirus 2019 ne permet pas que soit organisée une grandiose cérémonie militaire en hommage à nos soldats.

Le Président Ouattara et le gouvernement n’ont pas de leçons d’hommage républicain  à recevoir de ce commandant Fofana, dont le discours est un discours de rupture et de rébellion.  Son discours antirépublicain et la preuve des penchants putschistes et insurrectionnels de Guillaume Soro-Chris Yapi.

Il est difficile, à 48 ans, pour Soro, de devenir un vrai républicain et un vrai démocrate, de renoncer aux armes et à la violence qui lui ont permis, en multipliant les trahisons, d’occuper les plus hautes fonctions dans l’appareil d’Etat ! Soro existe-t-il en dehors des armes ? A-t-il la dimension d’un homme d’Etat ? Difficile à croire avec des adjuvants comme Chis Yapi, Fofana et Nyamsi.

Les Ivoiriens l’ont compris et ils ne veulent pas d’un Président de la République Soro-Yapi avec, comme Chef d’Etat-major, le commandant Fofana et comme ministre de l’intérieur, le dangereux et tragique Nyamsi !

La Côte d’Ivoire est une grande nation démocratique, un pays moderne, qui ne veut pas de ces individus qui continuent à s’abreuver à la source du Coup d’Etat de 1999, comme à celle des rébellions militaires qui ont provoqué la mort de tant de victimes innocentes !

Depuis l’indépendance en 1960, la Côte-d’Ivoire a connu une grande stabilité politique sous la présidence du père fondateur , Felix Houphouët Boigny.Elle a connu un coup d’Etat, le 23 décembre 1999.Après une longue période d’instabilité politique, l’élection du Président Alassane Ouattara s’est traduite par un retour à la stabilité politique.

Cette stabilité politique n’arrange pas les affaires des séditieux comme l’ex-commandant Fofana, qui pense que cest lui peut traduire au Premier de la République, au ministre de  

la Défense , au chef d’état major, le moral de l’armée. On croirait revenu au temps de la rébellion, avec le chef rebelle Soro Guillaume Chris Yapi. Mais comme ces gens osent tout, on les verra dire que c’est parce qu’ils ont parlé que la République a rendu hommage aux soldats, alors que les dispositions et les diligences sont déjà en cours à cet effet, et que ce n’est pas à eux de dicter au Chef suprême des armées, ce qu’il doit faire ..

Justice Konan

Write A Comment